Replica : un dialogue créatif entre les étudiants de la HEAR et les confectionneurs chinois d’Apparel Sourcing et Texworld Paris

Un dialogue qui perdure depuis le retour en occident de Marco Polo et qui a trouvé son point d’orgue, au XVIIe siècle avec la vogue des chinoiseries. Côté empire du milieu, les artisans et manufacturiers n’ont cessé d’intégrer les goûts occidentaux dans leur production créant des objets fortement influencés par notre culture des arts appliqués.

La HEAR (Haute École des Arts du Rhin) imagine avec ses étudiants, à chaque Biennale Internationale du Design de Saint-Etienne, une exposition selon l’une des thématiques de l’événement. Au printemps 2019, l’école (qu’il faut absolument connaître) a choisi les relations économiques avec la Chine.

Grâce à l’appui expérimenté des salons de Messe Frankfurt France, la mise en relations de 5 confectionneurs d’habillement, tisseurs et brodeurs chinois de Texworld Paris et d’Apparel Sourcing Paris avec les étudiants de la HEAR a rendu possible ce travail prospectif commun sous la forme concrète de l’exposition Replica. Saluons également l’engagement très précieux du CCIPT-TEX, le Conseil des Industries Textiles, qui a, côté chinois, su galvaniser et faire apprécier cette démarche créative, assez nouvelle pour ces industriels, mêlant la vision contemporaine européenne et savoir-faire traditionnels ou manufacturiers chinois. Les initiateurs du projet, Christelle Le Déan, professeur et coordinatrice de la section textile et Laurent Doucelance, responsable communication et développement de la HEAR, ont été vigilants au bon déroulement de l’opération supervisant à distance les esquisses et concepts, les envois et aller-retour des projets et prototypes.

Avant de retrouver Replica, dans une nouvelle mise en scène, au prochain Apparel Sourcing Paris du 16 au 19 septembre 2019 à Paris-Le Bourget (entrée du salon gratuite et présentation d’un justificatif professionnel obligatoire), retour à la Biennale du Design de Saint-Etienne pour découvrir ce travail en miroir.

Réalisation de Aurélien Finance et le brodeur Oriental Secret qui fait appel aux savoir-faire uniques des Miao. Aurélien Finance propose un travail entre design textile et performances artistiques, il s’est servi des connaissances d’Oriental Secret sur la cosmogonie Miao pour donner vie à un buffle sacré ornés de papillons et lianes textiles. Photo : Dimitry Helman
Réalisation de Pauline Simonet et du tisseur de brocart Tujia : Pretty Girl. Pauline Simonet a demandé à 3 tisserandes de Pretty Girl d’interpréter personnellement la même légende Tujia à travers 4 tissages différents, tout en y incluant sa touche. Photo : Dimitry Helman
Réalisation de Astrid Hunsinger-Loones et du spécialiste du prêt-à-porter homme et femme CTDC Beijing Founder Corp. La collection de vêtements quotidiens inspirée de Mulhouse et de son passé ouvrier, ses bâtiments post-industriels, a bénéficié de l’expertise de coupe et la fabrication à base de textiles innovants de CTDC. Photo : Dimitry Helman
Réalisation de Léa Barelli et du spécialiste du prêt-à-porter homme et femme CTDC Beijing Founder Corp. Une collection masculine inspirée par la performance et le sport automobile en référence au “tuning”. L’expertise sur les textiles innovants de CTDC en a permis la réalisation. Photo : Dimitry Helman.
Réalisation de Mounir Slatni & Margaux Launay-Sajet et du spécialiste de la fourrure synthétique Ecopel : « À l’heure où la contrefaçon fait rage, nous décidons de répliquer quatre fois le même manteau en fausse fourrure : du produit basique à la haute couture en passant par le milieu de gamme. » De répliques en répliques, le théâtre de la mode. Photo : Dimitry Helman
Cécile Fosset et le brodeur Oriental Secret. Le papier peint une spécialités de l’est de la France transposé en broderie sur une collection de capes. Photo : Dimitry Helman

Sans oublier les costumes masculins de Joanna Hateley et le spécialiste du tailleur AruGaw, dont la photo nous manque. A découvrir sur Apparel Sourcing et Texworld Paris, donc.