Movida Massala à l’Hôtel Scribe : la nouvelle mode pakistanaise vue par la photographe Sarah Caron.

En 2009, alors que l’armée pakistanaise combat les Talibans dans la région du nord-ouest, la reporter photographe Sarah Caron découvre avec étonnement et éblouissement les premières fashion weeks pakistanaises à l’initiative d’un regroupement de créateurs de mode locaux.  Un contraste saisissant qu’elle a perçu comme un pied de nez de la part des créateurs de mode pakistanais à la situation compliquée de l’époque  : “C’était la jambe nue contre les barbus”. Une réaction pleine de vie, de couleurs, de créativité et de liberté qui a donné naissance aux fashion weeks de Lahore et Karachi. Enthousiasmée par ses tourbillons d’étoffes brodées, de couleurs cinglantes et de créativité échevelée qui mêlent le contemporain et le traditionnel, mais aussi par les hommes et les femmes qui en sont les instigateurs,  Sarah Caron va, de 2009 à 2012 , faire de ces faiseurs de vêtements fantastiques le sujet de Movida Massala, un projet photographique personnel. L’hôtel Scribe, dont la programmation de sa Galerie des Nouvelles Images, ne cesse de nous surprendre, présente, jusqu’au 25 avril 2014, ce beau travail plein d’énergie et de joie que l’on peu aussi acquérir. www.hotel-scribe.com

Bien que le Pakistan soit un des plus grands exportateur de textile au monde, ce foisonnement d’idées, de formes et d’audace dans la nouvelle mode pakistanaise frappe d’autant plus l’esprit que ce n’est pas l’image à laquelle l’on est habitué quand on évoque le Pakistan. Et dans le cas de cette Movida Massala, la mode française y est un peu pour quelque chose. En effet la plupart des créateurs/couturiers défilant à Lahore ou Karachi sont diplômés du Pakistan Institute of Fashion and Design fondé en 1985 par l’Ecole de la Chambre Syndicale de la Couture Parisienne et le Ministère de l’Education Pakistanais. Il faut bien dire qu’à coté des usines qui produisent des basiques pour le monde entier, un marché, certes beaucoup plus fermé, existe bel et bien pour la mode créative. Le mariage, point culminant de la vie de bien des pakistanais, englouti des sommes considérable dans la magnificence des festivités, et donc dans les atours et autres toilettes des hôtes et de leurs invités. L’engouement est si fort, que les semaines de la mode pakistanaises se dédoublent en fashion week normale et fashion week wedding, cette dernière remportant la palme de la notoriété et de l’hystérie, jusque dans les pays du golfe ou limitrophes au Pakistan.

Movida Massala, une très bonne occasion de découvrir, à travers l’œil averti et expert de Sarah Caron, un avant goût des collections de ses créateurs qui certes créent des vêtements incroyables pour une élite, mais savent aussi, grâce à un prêt-à-porter plus accessible, mettre leur talent au service de marques pakistanaise grand public. Certains ont une approche plus radicale, presque artistique, tel Atter Hafiz qui joue avec des tissus très bon marché et des éléments de pacotille, voire de plomberie, omniprésents dans la vie quotidienne, en leur conférant l’apparat et faste digne d’un événement historique. Movida Massala, la mode c’est la vie, cqfd par Sarah Caron.