Le 09 juin 2017
Coups de coeur

Modes Pratiques, revue déglacée et indispensable d’histoire du vêtement et de la mode

Mode Pratique, créée en 1900, donnait des conseils de mode à ses lectrices pour qu’elles soient « dans l’air du temps » et leur fournissait des patrons. La singularité qui a fait sa notoriété était d’offrir des robes modestes en pièces détachées qu’on pouvait facilement assembler. L’une de ces créations est conservée aujourd’hui dans les réserves du Palais Galliera du musée de la mode de la ville de Paris et porte la griffe de la revue sur un ruban.

Carte postale de la Ligue sociale des acheteurs – 1905 @Collection Modes pratiques

Aujourd’hui, mise au pluriel, à l’initiative de trois enchanteurs Manuel Charpy, Patrice Verdière et Farid Chanoune, la revue Modes Pratiques, revue d’histoire du vêtement et de la mode produit un but idoine s’intéresser à tous les vêtements de la robe d’apparat à la guenille mais sans patron ! Non sans ironie, Modes Pratiques, s’amuse des codes des magazines de mode courants : l’impression est en noir et blanc et pas sur du papier glacé. La revue est brillamment soutenue par l’Ecole Supérieure des Arts Appliqués Duperré et l’Institut de Recherches Historiques du Septentrion et aborde le vêtement sous un angle scientifique. La revue réunit aussi bien des enseignants de Duperré, de l’Université de Lille 3 et de l’Université d’Orléans, que des chercheurs, des historiens, des sociologues, des anthropologues ainsi que des observateurs ou des acteurs du monde de la mode et du vêtement venant du monde entier (Toronto, Stockholm, Rotterdam, Brighton, Oslo, Dortmund).

La mode kanak @ Archives du Nouvelle-Calédonie

Le vêtement, exceptionnel ou d’usage quotidien, est considéré comme « un fait social total ». Il est étudié comme miroir révélateur de nos pratiques économiques, politiques, industrielles et nous renvoie à notre identité et notre intimité. Le fonctionnement de Modes Pratiques est libre, le tout est de trouver un thème inspirant, qui serait un véritable pied de nez à la ligne éditoriale classique des magazines mode.

Ainsi après avoir abordé dans le numéro 1 « les normes et transgressions du vêtement », pour son numéro 2 Modes Pratiques étonne en se demandant « Et si la mode n’existait plus ? ». En effet, la mode peut être vue comme le mal ultime, véritable fléau du monde capitaliste, loin du temps révolu d’Adam et Eve. Ces sujets sont abordés, non sans humour, à travers des exemples tels que le courant Hippie, qui est disséqué dans l’article « À contre-mode? », ou les costumes traditionels des Amish analysé dans le sujet « Out of fashion » ou de la bienséance vestimentaire illustrée par l’habit en Nouvelle-Calédonie du XIXe siècle ( featuring le célèbre manou ) mis en lumière dans « De l’impudeur à la pudeur » ou le guide du bonheur par le vêtement des communistes Icariens dans « La mode ne varie jamais en Icarie » …

Sans nul doute, Modes Pratiques ne ressemble à aucune autre revue de mode ! Le numéro 1 épuisé aura une deuxième vie en numérique prochainement, le numéro 2 est réimprimé et disponible dans toutes les bonnes librairies, le numéro 3 est attendu pour début 2018 : http://www.modespratiques.fr/acheter-la-revue.html

Jeune femme amish – 2016 @ Juliette Angotti